Programme de formation à la Conservation de l’IASA - Conditions d’inscription

L’IASA encourage et soutient la formation dans le champ de l’archivage audiovisuel et de la préservation. Nous souhaitons proposer des formations locales là où elles auront l’impact positif le plus important, et nous invitons donc les membres institutionnels à soumettre leur candidature pour accueillir une formation de 5 jours, financée, visant à transmettre les compétences de base pour la conservation des archives audiovisuelles. Le contenu de la formation sera adapté au public, et elle sera organisée dans l’institution qui aura été sélectionnée, ou à proximité, afin de permettre aux équipes d’autres institutions de la région d’y assister. En fonction du lieu, un nombre maximum de 15 à 20 participants sera envisagé.

Si nous pouvons disposer d’un financement supplémentaire, nous souhaiterions sélectionner un ou deux archivistes locaux participant à la formation pour prendre part à un programme de mentorat. Ce programme comprendrait un complément de formation et des visites dans d’autres centre d’archives, afin  que ces archivistes deviennent eux-mêmes formateurs et développent activement un réseau favorisant l’expertise en archivage dans leur région.

Les candidats devront tenir compte des consignes suivantes :

  1. L’IASA prendra en considération uniquement les candidatures de ses membres institutionnels dont l’adhésion est en règle au moment de la demande.
  2. L’IASA favorise la diversité dans le champ de l’archivage audiovisuel et encourage les candidatures d’institutions des pays les moins avancés*.
  3. L’IASA favorisera les demandes émanant de structures publiques ou privées, pouvant être des archives, des bibliothèques, des institutions, des entreprises, des organisations ou des associations, et qui partagent les buts de l’IASA, qui sont de promouvoir, encourager et soutenir le développement des bonnes pratiques et des normes et standards internationaux.
  4. Le candidat doit compléter le Formulaire de candidature à la formation, et le renvoyer à l’IASA Training & Education Committee (Comité pour la formation et l’éducation) avant le 20 septembre 2020.
  5. L’IASA ne pourra pas prendre en compte une candidature si le Formulaire de candidature à la formation n’est pas dûment rempli et reçu avant la date limite fixée. Le Training & Education Committee (Comité pour la formation et l’éducation) de l’IASA informera les candidats du résultat de la sélection dans les deux mois après cette date.
  6. Si sa candidature est retenue, un accord écrit sera établi entre le candidat et le bureau exécutif de l’IASA. Le candidat retenu devra préparer et organiser la formation, en partenariat avec le Training & Education Committee (Comité pour la formation et l’éducation), dans la limite de temps fixée par cet accord.
  7. Les candidatures des représentants des membres institutionnels devront être contresignées par le directeur ou un cadre supérieur de leur organisation, attestant ainsi que la demande de formation a été autorisée.
  8. L’IASA attend du candidat qu’il mette à disposition les moyens de formation qu’il apporte son aide dans l’organisation de la formation et pour la logistique sur place.
  9. A l’issue de la formation, un rapport faisant l’évaluation de l’action de formation et indiquant les suites à lui donner devra être remis au  Training & Education Committee (Comité pour la formation et l’éducation) de l’IASA. Ce rapport devra être remis dans le mois suivant la formation.
  10. Les bénéficiaires devront faire mention de l’IASA dans toutes les communications, présentations et publications qui feront référence au Programme de formation.
  11. L’IASA ne peut contribuer aux frais de voyage ou d’hébergement des membres qui assisteront à la formation. Les membres pourront toutefois solliciter la Bourse Dietrich Schueller (Dietrich Schueller Award) pour couvrir ces frais.
  12. La formation sera en principe dispensée en anglais, en français, en espagnol ou en allemand. Cependant d’autres langues peuvent être envisagées. Merci de vous informer avant de soumettre votre candidature.
  13. Critères de sélection : durant la sélection, on prendre en compte les éléments suivants :
  • L’impact potentiel de l’action de formation : comment la région peut-elle être transformée par la formation dispensée ?
    • Combien de personnes et/ou d’institutions collectant des archives seront directement formées ?
    • Comment les compétences et connaissances acquises seront-elles mises en œuvre ?
    • Combien d’autres personnes et/ou institutions bénéficieront indirectement de cette formation ?
    • Collections des institutions bénéficiaires : volume, types de formats, conditions de conservation.
  • Les facteurs favorisant la réussite de la formation : quelle est la probabilité que les participants formés mettent en application la formation reçue ?
    • L’activité de conservation bénéficie-t-elle du soutien de l’institution et de son management ?
    • Quelles sont les installations et équipements disponibles pour l’activité de conservation des archives dans l’institution ?
    • L’institution a-t-elle des antécédents montrant sa proactivité dans la résolution de problèmes ?
    • Une coopération existe-t-elle entre les institutions de la localité et de la région ?

Pour télécharger le Formulaire de candidature, cliquez ici (membres de l’IASA uniquement).


* Les pays les moins avancés sont définis par la Banque Mondiale selon le Produit Intérieur Brut (en parité de pouvoir d’achat) par personne, qui est neutre politiquement et mis à jour chaque année. La valeur mondiale est utilisée comme seuil d’application. La liste peut être téléchargée sur cette page https://donnees.banquemondiale.org/indicateur/NY.GDP.PCAP.PP.CD?end=2019......

L’article 10 de la Déclaration universelle de l'UNESCO sur la diversité culturelle sera également pris en compte, statuant que « Face aux déséquilibres que présentent actuellement les flux et les échanges des biens culturels à l'échelle mondiale, il faut renforcer la coopération et la solidarité internationales destinées à permettre à tous les pays, en particulier aux pays en développement et aux pays en transition, de mettre en place des industries culturelles viables et compétitives sur les plans national et international. ». https://unesdoc.unesco.org/ark:/48223/pf0000124687_fre.page=78